Startseite | Impressum | Kontakt | Sitemap

Die Leitung der Universität am Ende des 16. Jahrhunderts

nach: E. Ruesens: Université Louvain 1425-1797. V tome. Louvain 1889-92

Tome I. p 247f Recteurs de la Université

Selon l’usage reçu depuis l’origine, il se fasait un roulement entre les diverses facultes pour le choix du recteur, et cela dans l’ordre suivant : théologie, droit canonique, droit civil, médecine et arts. La faculté chargée de désigner le candidat le choisissait régulièrement parmi ses membres ; elle pouvait néanmoins le prendre dans une autre faculté, comme cela est arrivé fréquemment pour la faculté de médicine. Nous indiquons, à la suite du nom de chaque rectuer, la faculté qui l’a désigné soit dans son sein, soit dans une autre faculté.

La quialit´de professuer n’etait pas requise pour l’égibilité. Pour pouvoir être élevé aux fonctions rectorales, il suffisait mières années, on trouve plusieurs rectuers qui n’étaient pas professeurs. Les sigles : D. et P., dont nous nous servons fréquemment, signifient doctor et professor.

1597, febr. Joannes Dillen, sive Dillenus, ex Capellen op den Bosch agri Brabantini, S. theologiae licentiatus et regens paedagogii Falconis. – Postulatus a facultate medica

Aug. Lambertus Damidde, Leodiensis, juris triusque licentiatus, regens Lilii. – E fac. artium.

1598, feb. Jacobus Baius, vulgo du Bay – II. – E fac. theologiae.

Aug. Petrus Vermy, Ultrajectinus, juris utriusque D. et P., proeses colligii S. Ivonis sive baccalaureorum juris. – I. – E fac. juris canonici.

1599, feb. Gerardus Corselius. – II. – E fac. Juris civiis.

Aug. Thomas Fienus, vulgo Fyens – II. – E fac. Medica.

p. 311ff Le dictateur

Doctatoris officium est litteras nomie Universitatis scribere, quoties et quandocumque per D. Rectorem, vel etiam a partibus litteras petentibus, requisitus fuerit, caussis, in quibus ipse fuerit advocatus, exceptis ; juratque in susceptione muneris, quod officium dictatoris fideliter exercebit, et quod sciens nihil scribit, quod possit esse vel cedere in praejudicium Universitatis vel privilegiorum ejus.

Le dédacteur d’un document ou d’un ècrit quelconque s’appelait anciennement dictator, tandis que le copiste portait ordinairement le nom de scriptor.

22. Philippus Zuerius, vulgo Swerts ( ?), Antverpiensis, juris utriusque doctor et professor, electus 11 augusti 1590, dictatoris munere functus est annis sedecim. Obiit 31 martii 1606.

p. 325ff Le secrétaire ou notaire

10. Conradus Silvius, vulgo Bosman, ex Bossut haus procul a Lovanio, juris utriusque licentiatus, fulius Petri, anno 1567, fit Universitati a secretis, hocque munere per quinquaginta circiter annos functus est.

« Filium habuit Cornelium, juris utriusque doctorem, cuhus mater erat Maria, seu potius petronilla Treviris » Bax.

Frater ejus Everardus in promotione facultatis artium anno 1559 renuntiatus fuit primus inter 154 promotos, vide Analectes, III., p. 471

p. 331f Le promoteur

L’Université, ses professeurs, ses étudiants, ses employés et tous leurs serviteurs, étaient affranchis de la juridiction du prince et de l’autorité locale. Elle devait ellemême maintenir l’ordre parmi ses nombreux membres et suppôts. Cette lourde charge était confiée au promoteur, qui était, en quelque sorte, le commissaire de police de l’Université.

Le promoteur, continue M. Van Even, habita depuis lors la maison située rue de Malines, à gauche, près du second pont. Cette demeure, qui a été rebâtie à notre époque, porte actuellement le n° 131. Le fonctionnaire dont nous venons de parler était chargé de la police de l’Université. Le Recteur, disait de Parival en 1667, entend les plaintes, led décides, les châtie ; à quoy sert l’office de promoteur, lequel, par sa permission et non autrement, se saisit de ceux (qui) ont commis quelque grand crime, les conduit en prison, et ceux qui sont convaincus de quelques dèlites atroces sond condamnez à des pénitences, comme de jeuner au pain et à l’eau ou à une amende pecuniaire car la rigeur des juges est adoucie ou par le tendre aage de l’adolescence, ou par la faveur qu’on doit rendre aux bonnes lettres. Il porte un capuchon rouge sur ses épaules, et a un siège séparé des autres chanoinnes dans l’église Saint-Pierre.

(Louvain très ancienne et capitale ville du Brabant, Louv. 1667, in-12. p. 130)

39. Nicolaus Goosens, Lovaniensis, eletus 11 augusti 1592. In registro defuntorum S. Gertrudis legitur: Die 30 aprilis 1604 sepulta est proles Rmoldi promotiris. « Probabilius alter tunc adhuc erat promoter – In eodem registro etiam invenitur: Die 31 maii 1610 sepultus est den nieuwen promotor. Quaeritur quis iste fuerit.»

p. 389f Liste de chanceliers

Porro Cancellarii Universitatis, iidemque praepositi capituli S. Petri Lovaniensis, fuere:

6. Georgius ab Austria, filius legitimatus Georgii Austrii, primum Valentini apud Hispanos, postea Leodiensis apud Eburones antistitis, qui et ipse talis erat Macimiliani I, imperatoris, primum militiae saeculari adscriptus fuit. De co Erycius Puteanus in suis Epigrammatibus, ubi Georgium ita loquentem inducit:

Austrius ille ego, marte ferox, tranquillior aevo

Quam doleo citius non placuisse togam!

Deinde statum ecclesiasticum amplexus Alberto Pio et Isabellae Clarae Eugeniae, Belgarum principibus, a cubiculis et eleemosynis factus est; itemque ad S. Salvatorem Harlebaci in Flandria a 19 junii 1577 praepositus (quam dignitatem anne 1600 resignavit Guilielmo de Brandt, ejus possessionem nacto 26 septembris); demum fiduciarius, vulgo commendatarius, prior S. Salvii Cluniancensis ordinis apud Valencenas.

Denum, die 2 aprilis 1597, nominatur ecclesiae collegiatae D. Petri Lovaniensis praepositus, postquam annis quatuor capitulum praeposito et Universitas Cancellario caruisset, atque ad haec munia assumptus est 3 junii 1598.

In Academia Loveniensi duas bursas fundavit in collegio Buslidiano, (coram notario Wouters ad 12am julii 1735), et tertiam in collegio Bruegeliano; quarum duae priores etiamnum hodie exitant. Vide quae habentur in articulis Fondations boursières, ubi de his collegiis tractamus. – Magistro quondam usus fuerat Cornelio Valerio, publico elegantioris latinitatis in collegio Buslidiano professore, cui etiam grati animi causa tumulum excitavit.

Vita excessit Bruxellis 21 aprilis 1619, sepultus Lovanii in ecclesia D. Petri, ad dexteram artem sanctuarii, ante altare majus, ubi olim legebatur ejus epitaphium litteris aeneis caeruleo lapidi, sub gentilitiis insignibus, infixis: H.S.E. | GEROGIUS AB AUSTRIA | ALBERTI AUSTRII | BELGII PRINCIPIS | CUBICULARIUS | H. AEDIS PRAEPOSITUS ACAD. CANCELL. | OB. XXI APR. | CIC ICC. XIX | R.I.P.

Successor illi ab archiductibus Alberto et Isabella 27 aprilis 1617 datus fuit

7. Caius Antonius Hopperus…

p. 406ff Liste des prévots de Saint-Pierre antérieurs à l’érection de l’Université

Les quelques notes que nous publions ici doivvent être considérées comme de simples jalons destinés à venir en aide à celui qui voudrait s’occuper de l’histoire des prévôts de Louvain antérieurs à la fondation de l’Université. Ce cont des matériaux, plus ou moins incohérents il es vrai, mais qui ne manquent cependant pas d’intérêt , d’autant plus que presquie tous sont extraits de documents officiels.

14. Henricus Cuyckius, Culemburgensis, S. theologiae doctor et etices professor, successit Michaëli de Bay 21 septembris 1589, tenuitque decanatum usque ad annum 1596, quo promotus fuit ad cathedram episcopalem Ruraemundensem.

15. Cornelius Reyneri, Goudanus, S. theologiae doctor et professor, praeses majoris collegii S. Spiritus sive theologorum, eligitur decanus 3 augusti 1596. Hujus tempore mota est controversia de Cancellarii titulo, quem sibi decani S. Petri vulgo assumebant, et jussi hi fuerunt in posterum sese vicecancellarios vel vancellarios in absentia praepositi inscribere, quae tria postrema vocabula posteriori manu addita sunt in epitaphio ipsius Cornelii Reinier.

Obiit Cornelius Reineri 16 decembris 1609, aetatis 84 annorum.

p. 515ff Liste des Conservateurs des privilèges

Bien que les documents pontificaux désignassent trois, et même, à partir de l’année 1562, six dignitaires ecclésiastiques pour la défense des privilèges académiques, et que, par conséquent, de droit on était libre de requérir indifféremment l’un d’entre eux, toutefois l’usage de ne s’adresser qu’à un seul s’établit à l’origine de l’Université. Le plus souvent l’abbé de Sainte-Gertrude de Louvain remplissait seul les fonctions de Conservateur. Ce ne fut qu’en 1513 que des difficultés survenus entre l’abbé de Sainte-Gertrude et l’Université obligèrent celle-ci à avoir recours aux bon offices d’un second Conservateur.

12. Arnoldus ab Eynthouts, Buscoducensis, abbas S. Gertrudis nonus, qui antea parochias de Betecom et de Oosterwyck rexerat annis viginti quatuor, non sine gravi ac perpetuo vitae et fortunarum discrimine, quitidianis praedatoribus per illam bellorum licentiam Oosterwycko impedientibus fugere tum et latere debuit, totasque hiemes in abstruso quopiam antro, ne gregi deesset, peregit, domus, bonorum, bibliothecae per hostes combustorum jacturam, carcerem etiam passus, vix grandi aere libertatem recepit. Quare non mirum illum aliquando cum aliis tribus ad Sylvaeducensem episcopatum expetitum fuisse, sed et decani titulum illi Parmensis dux optulit, quod adversus Belgii Ordines pro Rege suo fortiter stetisset, et in compescenda rebellione Buscoducensi praeclaram navasset operam.

Attamen oblatos honores recusavit, sorte sua contentus. Lipsius in suo Lovanio de eo scribit : «Arnoldus Eynthouts puis industrius, prudens et quii coenobium pulcherrimo adificio auxit et ornavit. Est ab eo perpetua et magna porticus circum hortos in membra et cubicula superne distincta ad usum duodecim e nobili stirpe adolescentum (nam tales admittuntur tantum), quos hic ali, et scientia ac pietate voluit informari. Insigne opus est et institutio.» Epitaphium illi in ecclesia positum : Hic jacet corpus R P. in Christo D. Arnoldi ab Eynthouts hujus monasterii abbatis ac privilegiorum Universitatis Lovaniensis Conservatoris qui cum tredecim annis non minus pie quam utiliter praefuisset obiit 11 martii anno 1607, aetatis 69°.

p. 545 L’assesseur du Conservateur des privilèges était chargé d’examiner les pièces produites dans les causes soumises au Conservateur, et de faire rapport sur elles. Le Conservateur pouvait, s’il le voulait, se passer des avis d’un assesseur et juger par lui-même. La nomination de l’assesseur appartenait au conservateur, qui avait l’habitude de notifier son choix à l’Université. Toutefois, à certains moments, il y eut à ce sujet des tiraillements entre le Conservateur et l’Université, parce que celle-ci prétendait avoir seule le droit de désigner l’assesseur.

11. Petrus Gudelinus, Athensis, juris utriusque doctor, et professor, constitutus fuit assessor anno 1594. Obiit 18 octobris 1619.

p. 551ff Notaire du Conservateur:

16. Joannes de Wamel, Graviensis, clericus, a morte Matthaei Coggen, in actuarium adsumitur 24 septembris 1558 ; mortuoque Godefrido Rocho, solus in eo munere vixit annos pene quinquaginta, mortuus 7 junii 1606. Cui surrogatus fuerat 9 januarii 1605.